Tuesday, July 28, 2015

MOS France 2015: Entretien avec Djalouz/Interview with Djalouz

A Parisian graffiti artist, Djalouz speaks about his influences and style. Thanks!

CB: I am here with Djalouz. It is the 18th of July at MOS France. So, when did you start to do graffiti, and why?

D: I started 12 years ago...first with bombing, and I liked that a lot, that one could do even bigger paintings, and quickly...so I wanted to develop [my skills] more, and here I am. 

CB: And the name "Djalouz" what is the origin of that?

D: Djalouz is a bit in dedication to all the youth in this scene, where we talk a lot about jealousy, resentment...and also it has a nice sound to it, I liked very much the sonority of the word, and so, here we are. 

CB: OK. How do you describe your style? What are your influences?

D: My style is most recently more thee-d style, but I also work with characters, forms...some of my influences include Marko, who is just painting there [gestures to Marko painting beside him] he was one of my influences when I began, so it is funny now to be painting next to him, and Marko 93 is from Paris also... there are also a lot of international people, like MTO, Dran...I like the style of DMV in general...

CB: And personally, what is the importance of this event, MOS France?

D: The importance of this festival? Of participating? I think that at this festival you can meet a lot of people, share ea lot with other artists, and to be able to connect and learn about different styles, that is the goal of this festival, a true mixing of styles, and it works well, it is cool. 

CB: For the graffiti community, what is the significance [of MOS]?

D: What is the significance for the graffiti community? This meeting for the graffiti community is good because it allows a real meeting of new people, people who you would not have the opportunity to meet otherwise, from far away...this is an occasion to meet together. 

CB: Who are the spectators you have seen here? What kinds of people? 

D: I think a lot of artists, also a lot of art fans who are very diverse; families with children, adolescents, older people. 

CB: Have you had any notable interactions or interesting interactions with audience members? 

D: Not yet, but we haven't been here that long. 

CB: Is this the first time that you have participated in MOS France? 

D: No, this is the third time I've participated in this festival here, but I have also participated before in Switzerland, England, Germany, and Spain as well...so for me I have been participating for six or seven years. 

CB: Have you observed any changes in the festivals?

D: Changes? You mean different things?

CB: Yes.

D: No, each time it is different. For instance, here, we have wooden panels, but in Germany and England we have walls not wood panels...but each festival has the same basic principle. 

CB: Do you think there is a particular reason the MOS France festival is located here, in the city of Perpignan?

D: Non. I don't know why it is in Perpignan, though it has been five or six years here...it is good, because there are people here that want to organize it, but I don't think it hash particular significance, that it is here in particular, other than that in the South of France it is nicer weather, but I haven't wondered so much about why it isn't in Paris....

CB: OK. What is your personal definition of "graffiti"?

D: My definition of graffiti, at its base, is that of tagging, bombing...in the street...that is graffiti, simply, for me. My origins are in vandalism, of graffiti on the street, outside...but also [it can be done] with brushes or as a job, but that depends especially on the country and its culture. 

CB: Does graffiti play a specific role in the city of Paris? 

D: In Paris? Yes, I think so. It has played the role of vandalism and degradation for a long time, but there are also people who do pretty things, and so there is a mixture of tags, graffitis, beautiful decorations, and ti works well, and I think it is good for Paris as well. This is the decor of my city. 

CB: I'd asked because I read in your biography that you were interested in particular in the sense of melancholy of abandoned spaces...

D: Yes, I like abandoned spaces a lot, it is my preferred location for developing my styles...I like to play with space a lot, but I paint each work to fit with its space, they are different [gestured to MOS wall]. With abandoned spaces one can play with the place, its decor, all of it. 

CB: Do you believe graffiti can change the world, or communities?

D: Me, in my work, I don't really have a message, I just try to create some color in the street, to create something pretty, but with certain styles of drawing, of canvases sometimes there are more engaged messages that respond to social problems. But in my graffiti work like this [MOS] I don't have any message. I just try to bring my touch [to the festival]. 

CB: OK. Is there anything more you'd like to say about your work or this festival? 

D: I am very happy to be here and the festival is very well organized. There is not a lot of time but this is not a terrible problem...I am Djalouz, I hope to continue painting like this for a long time, and there you go. 

CB: Excellent, thank you.

Artiste de graffiti Parisien, Djalouz parle de ses influences et style. Merci!

CB: Je suis ici avec Djalous le jour est le 18 de juillet MOS France. Alors, quand commencez vous à faire de graffiti et pourquoi?

D: J'ai commencé de graffiti il y a douze ans, et parce que j'ai sorté...j'ai essayé la bombe de peinture est sa truc m'a beacoup de souhaite donc on pouvait peindre en grand, on peut peindre vite et donc...j'ai envie de devellopper et voilá.

CB: Et la nom "Djalouz" quelle est l'origine de ça?

D: Djalous est un peu un dedicace a tous les jeunes dans cet milieu qui sont un peu toujours de parler a propos de ... de la jalousie, de la mechante, et parce que j'ai trouvé que l'a sonné bien j'aimais bien la sonnorité puis et voilà ce rester comme ça...

CB: D'accord. Commen decrivez votre style? Quelles sont votre influences?

D: Mon style est est le plutôt dans les lettres en trois-d, je travaille aussi de personnage, les formes de parfours, et voilà mes influences sont un peu justement de Marko qui est là [gestures to Marko painting beside him] qui etaient des mes influences quand j'etais commencer. Donc, c'est drôle parler à côte de lui... il y a Marko 93 de Paris aussi...il y a sinon beacoup de gens internationaux comment MTO, Dran, j'aime beacoup le style de DMV en génerale...

CB: Et personellement, quelle est l'importance de cet evenement, MOS?

D: L'importance de ce festival? De participer? Je pense que en cet festivale on peut rencontrer beacoup des gens, partager beaucoup avec les autres artistes, on peut faire connaissance de connecter aussi de differents styles, c'est le principe de cet festival de vraiment faire un mélange de style et ce marcher bien, c'est cool.

CB: Pour le communauté de graffiti quelle est le significance?

D: Quelle est le significance pour le commaunaté de graffiti? Ce ressemblement pour la commaunaté de graffiti je pense que c'est bien parce que c'est me faire vraiment de nouveau rencontre des gens, qui n'a pas d'occassión à connaître, c'est beacoup des gens connaisser, qu'on a rencontre d'ailleurs etcetera...mais la c'est l'occasion prendre ressemble.

CB; Qui est [sont] les spectateurs que vous avez voit ici? Quelle types des gens?

D: Je pense que [il y] a beacoup des artistes, aussi beacoup des amateurs mais les amateaurs d'art sont trés diverses; il y a beacoup de gens qui aiment ça, il y a des familles avec des enfants, des adolescents, des gens plus agées.

CB: Est-ce que vous avez eu quelque interactions avec l'audience remarquables, ou interessants?

D: Pas encore, mais ça commencez pas longtemps, oui avec quelque personne, on peu discute, après n'est pas evident, donc un temp de peindre...mais...

CB: C'est le premier fois que vous avez participer en MOS France?

D: Non, c'est la troisième fois que j'ai participe celui et j'ai participé déjà en Suisse, en Angleterre, en Allemania, en Espagne aussi...voilà pour moi c'est six ans, sept ans je participe...

CB: Avez vous observer quelques changes dans le festival?

D: De changements? Des choses different?

CB: Oui, oui.

D: Non, chaque fois c'est different parce que il y a ici on a panneau en bois, en Allemania et Angleterre ce sont de mur, pas panneau en bois...mais dans chaque festivale le principe de bas c'est la même.

CB: Mais pour la ville de Perpignanm pensez-vous qu'il y a quelque signifance que le festival est localisé ici?

D: Non, je comprends pour le festival en France, je ne sais pas pourquoi c'est à Perpignan mais il y a cinq, six ans comme ça...c'est bien, c'est parce que des gens ici on voulu la organisé, mais après Perpignan je pense que c'est il n'y a pas quelque signification particuliarement que soit à Perpignan, c'est la sud de la France, il fait plus beau, c'est bien mais je n'ai pas pensé pourquoi non faire à Paris...

CB: D'accord. Quelle est votre definition de "graffiti" personelle?

D: Ma definition de graffiti, c'est a la bas c'est le tag, le bombing, c'est surtout, voilà c'est pratiquer de la peinture a la bombe, dans la rue, dans le terra vague, pour moi, c'est ça, le graffiti simplement. J'ai un bas, une origine dans le vandalisme, mais le graffiti c'est dans me terrance, d'est dans la rue, dans l'exterieure, c'est la bombe de peinture, après peut-être au pinceu ou boulot, ça depends de pays aussi, de culture... 

CB: Est-ce que le graffiti joue un rôle specifique dans le ville de Paris?

D: À Paris? Oui, je pense, oui. Ça a eu longtemps le rôle de vandalisme et de degradation, mais c'est aussi de gens sont rende-cont qui a des belles choses, donc, le mélange comme ça des tags, de graffs, de decoration belle et tous, ça marché bien je pense que ça fait du bien à Paris aussi. Ça decor à mon ville.

CB: J'ai demandé parce que j'ai lu dans votre biographie que vous êtes interessé en le sensibilité de melancolie de l'espace abandonné...

D: De lieu et aprés...voilà, les lieux abandonnés j'aime beacoup, mais...c'est l'endroit que je prefère pour faire mes styles là, je joue avec le lieu beacoup...juste peindre chacun à sa place et comment fait mes trucs, c'est differents, mais, le lieu abandonné, on peut joue avec sa place, on peur joue avec le décor...tout ça.

CB: Est-ce que vous croyez que graffiti peut changer le monder, ou, des communautés?

D: Moi, dans mon travail de graffiti, je n'ai pas de message, j'essais de donner la couleur à la rue, de donner quelque chose jolie, mais avec certains styles de dessin...de toiles et tout, parfois des messages engagés justamment qui reponds à des problèmes qui a la societé, tout ça. Mais dans mon travail de graffiti comme ça [MOS] je n'ai pas de message, j'essais juste de apporté ma touche, voilà.

CB: D'accord. Quelque chose pluse que vous voulez dire sur votre travail, sur cet festival?

D: J'uis [je suis] trés content maîtriser le festival est trés bien organisé, on n'a pas beacoup de temp pour parle mais ça, n'est pas grâve...pour mon travail, moi je suis Djalouz, je suivre partout et j'espère à continuer peintre comme ça pour trés longtemps, et voilà.

CB: Très bien. Merci.